VIVRE PROVOQUE UNE MORT LENTE ET DOULOUREUSE


C’est dans un contexte post-apocalyptique que débute la création théâtrale Vivre provoque une mort lente et douloureuse.
Le spectacle s’inspire de l’univers des films descience-fiction et d’épouvante de série B américains des années 1950 à 1970.
L’on peut retrouver cet univers dans des films tels que le cerveau qui ne voulait pas mourir, Plan 9from outerspace ou encore l’invasion des profanateurs de sépultures. La pièce se déroule dans un lieu et une époque inconnus, dans une sorte d’époque parallèle à la nôtre.
On peut supposer que le lieu est un vaisseau spatial, un cimetière ou encore un hôpital psychiatrique.
Trois anti-héros sont amenés sur scène par deux aliens à l’allure robotique. Ces derniers étudieront le comportement de ces trois individus en les laissant s’exprimer librement sur leur mal de vivre et divers sujets de société.

Ces spécimens humains, nommés la pute, lamère et le schizophrène, sont des êtres extrêmes aux pulsions meurtrières et qui, par leurs actes, montrent une certaine facette de l’humanité. Ils se montrent tels qu’ils sont et se comportent comme ceux que la société voit en eux, des marginaux nuisibles.

La force de la pièce se trouve dans la dérision et l’humour noir qui se dégage du texte et de ses personnages. Essayant de prouver que l’on peut rire de tout et même des choses les plus graves pour enfin se sentir libre.
 

Distribution : 

Capucine Villar
Topacio Villaverde
Quentin Bordas
Guillaume Simon
Benoit Davin
Audrey Grenouillon
Elsa Toro
Sylvain Tessier
Lyse Breton 
Mélissa Charles

  • Twitter Icône sociale
  • Icône social Instagram
  • Facebook Long Shadow